"C’est pas parce qu’on n’a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule."


17.2.11

La java du non

Figure-toi que je viens de découvrir que le pois chiche a la main verte. Il m'a même fait pousser une vertu dont j'ignorais jusqu'à l'existence. Car non, la patience n'est pas un animal mythique à cornes. C'est ce petit bitoniau dans ton cerveau qui t'empêche de choisir la réaction la plus saine, dictée par l'instinct de survie le plus élémentaire et consistant à jeter ta progéniture par la fenêtre, mais te pousse au contraire à opter pour la négociation. Oui, parce que sache-le, le pois chiche s'est trouvé une nouvelle mission. Que dis-je ? Un sacerdoce. Il a érigé le refus en hygiène de vie. Non, il ne veut pas s'habiller, mais non il ne veut pas se déshabiller non plus ; ah ben non il ne veut pas arrêter de lécher la barre du métro ; non il refuse catégoriquement de me donner la main pour traverser ; et non il ne veut pas mettre ses chaussons, d'ailleurs il ne veut pas non plus les enlever pour dormir ; grands dieux non, il ne veut pas goûter la purée et encore moins se laver les dents... T'en as marre ? Tss tsss, pourtant tu commences à peine à entrevoir mon enfer quotidien. La java du non, te dis-je ! Depuis le moment où je le lève jusqu'au moment où je le couche. Et quand il oublie de dire non, c'est généralement parce qu'il est trop occupé à négocier une histoire de plus avant d'aller dormir. Et pourtant, la fenêtre est basse chez nous et les accidents domestiques, ça arrive. Alors le fait même qu'il soit encore là et - plus incompréhensible encore - que je rentre à grands pas du bureau le soir pour retrouver au plus vite mon tourmenteur ne cesse de m'émerveiller.


Ce soir, c'est la trêve. J'abandonne lâchement le Brun dans la cage aux fauves le temps d'un petit dîner entre traducteurs chez Sobane, une cantine coréenne où le plaisir des papilles est inversement proportionnel à celui des yeux. En clair, les murs sont d'un joli marronnasse caca de chien, mais c'est tellement bon que même pas tu prends le temps de jeter un oeil hors de ton assiette.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire