"C’est pas parce qu’on n’a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule."


25.6.12

Comme un lundi


 Lundi matin, tu te réveilles grognonne, tu te cognes le petit orteil contre un coin de porte, tu regardes d'un oeil torve le frigo vide et le Pois chiche qui veut pas s'habiller et à 8 h 32, t'es déjà en train de brailler ton mantra quotidien : "Putain-on-est-en-retard ! Putain-on-est-en-retard ! On-est-en-retard- putain !" Ensuite tu sors avec tes nu-pieds et ton petit gilet jaune - "petit" n'étant pas ici un synonyme de mignon, mais plutôt de "les manches m'arrivent aux coudes et à moins de me faire une ablation des côtes, y a pas moyen que je ferme les boutons" - et tu découvres que "nuages et soleil", pour l'appli météo, ça veut dire qu'il fait 12 degrés sous un ciel plombé. Tu te dis que la prochaine fois, t'ouvriras la fenêtre plutôt. Y a des semaines, comme ça, tu sais que ça démarre mal.
Mercredi soir, tu rentres chez toi de méchante humeur, tu râles parce que le Pois chiche est crevé, qu'il chouine, qu'il veut pas se coucher et que t'es-en-retard-putain-t'es-en-retard. T'enfiles un jogging et tu pars au Pilates en courant. Malgré le crachin hivernal, tu sens que tu commences déjà à te détendre. Jusqu'à ce que ton prof chéri t'annonce qu'il s'en va parce qu'il n'a pas été payé depuis six mois. D'ailleurs, le loyer du studio n'a pas été payé non plus et il a vu de ses yeux l'avis d'expulsion. Il y a peu de chances que l'espace rouvre ses portes après les vacances. Alors autant dire que ton bel abonnement qui ne prendra effet qu'à partir du mois d'août, tu peux tranquillement t'asseoir dessus. Voilà voilà, maintenant allonge-toi et ne pense plus à rien.
Vendredi midi, tu traces pour finir un programme sur lequel t'es-en-retard-putain-t'es-en-retard. Et l'un des vieux croulants messieurs avec qui tu partages ton bureau t'appelle pour te montrer, un peu emmerdé, ta commande Smallable. Il n'avait pas vu que c'était pour toi alors il a ouvert l'enveloppe... aux ciseaux. En découpant un blouson Mini Rodini au passage. Un bref instant, tu t'imagines faire comme Lisbeth Salander et tatouer : "La prochaine fois, je mettrai mon monocle et j'enlèverai mes moufles avant d'ouvrir le courrier des autres" en travers de son crâne luisant, mais finalement tu repars plutôt voir si tu peux pas t'acheter une corde sur Internet. En même temps, si c'est Edward aux mains d'argent qui ouvre le paquet, ça va tout de suite être moins pratique, pour se pendre...


Ce soir-là, c'est donc la mort dans l'âme, résignée d'avance à me prendre rapidement une nouvelle tuile sur le coin de la tête, que je me suis traînée jusqu'au resto choisi par la Blonde : Yoom. Et soudain, j'ai vu la lumière au bout du tunnel. Je me suis enfin DÉ-TEN-DUE. J'ai bien essayé de convaincre Mme Gloubi d'emporter les suspensions qui lui plaisaient tant histoire de faire diversion le temps que je mette les assiettes dans mon sac, mais elle n'a rien voulu entendre. Du coup, je me suis gavée de bouchées à la vapeur succulentes. Oh là là, je te recommande particulièrement les boulettes thaï pimentées aux crevettes. J'ai aussi pris un dessert, mais je serais bien incapable de me rappeler ce que c'était. Juste que je me suis régalée. On est ressorties de là en se disant qu'il nous fallait au moins un dernier verre pour clore dignement cette excellente soirée et c'est seulement une fois à la maison, quand j'ai éteint en vacillant la veilleuse du Pois chiche, que j'ai réalisé à quel point j'étais bourrée. A en croire le Brun - qui, pour une raison obscure, me raconte ça avec la voix de Sue Ellen - j'aurais juste eu le temps de dire : "J'vais être malaaaade, j'veux pas être malaaaaade" avant de sombrer dans un sommeil d'ivrogne. La grande classe, quoi.
Samedi il a fait un temps de rêve et ma soeur adorée m'a offert le sac dessiné par Olympia LeTan pour Claudie Pierlot. J'ai senti que je commençais sérieusement à remonter la pente.


Et enfin, dimanche, après être allés chez Emmaüs, on a nargué la pluie au milieu des souvenirs exotiques de la Blonde et de son Brun, en dégustant un clafoutis exquis accompagné d'une bonne bouteille de vin (le souvenir de la voix de Sue Ellen m'a quand même incitée à demander plutôt de l'eau gazeuse). Quant aux deux garçons, ils étaient dans un état de surexcitation avancée et après avoir méthodiquement dévasté la chambre du Lionceau, ils se sont lancés dans une oeuvre fortement inspirée de Jackson Pollock. Bref, un beau dimanche.


Moralité : Qui passe une semaine pourrie s'enivrera le week-end en bonne compagnie !


22 commentaires:

  1. moi mon weekend a été aussi merdique que ma semaine, mais à lire la morale de cette histoire j'aurais du boire ce weekend (ou à tout le moins éviter de râler contre le temps en me vautrant sur mon canapé)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne t'inquiète pas : il est encore temps de te rattraper. Je préconise un bon verre de vin pour l'apéro, confortablement assise dans le canap', avec les pieds sur la table basse et un thriller à la télé... Tu verras, c'est radical !

      Supprimer
  2. Moi, je veux que t'en aies plein, des semaines comme ça, pour me marrer. Egoïste, moi, tu crois ? Si tu peux avoir un meilleur prix pour deux cordes, je t'en rachète une et on partage les frais de port. Je viens de me barrer de la collectivité pourrie où je croupissais depuis 9 mois. Ca se fête, non ? Et je peux me pochetronner sans entendre Sue Ellen, moi, vu que Léon est à l'autre bout de la France. La vie est chouette quand même ! Bon lundi soir. Une semaine passée, une nouvelle pointe son nez. Merci pour le rire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que je te propose, c'est qu'on apprenne à faire le lotus. Comme ça, on devrait pouvoir se débrouiller avec les morceaux de corde que nous aura laissé M. Patate (doux surnom d'Edward aux mains d'argent).

      En attendant, je trinque au futur boulot super génial qui t'attend là, juste au tournant...

      Supprimer
  3. J'adoooooooore le concept de "brun à la voix de sue ellen"!!!
    bon rendez-vous à la prochaine FIAC sur le stand de nos héritiers!
    love from blond

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une question me taraude : si on les prive de sieste pour un happening, c'est considéré comme du dopage ou pas ?

      Love from bi-color (faut vraiment que j'aille chez le coiffeur, moi ^_^)

      Supprimer
  4. Il faut que vous vous organisiez sérieusement pour les assiettes, elles sont vraiment chouettes! bonne semaine les parisiennes! (trop de rime tue la rime).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne semaine à toi, la Mejicana !
      (même pas peur)

      Supprimer
  5. Rhhhhho la looze ! Moi aussi ce matin j'ai zappé la case appli météo et on s'est retrouvé dans la rue manches courtes. Avec un gamin qui pleurniche à moitié arrivé dans sa classe, genre je grelotte de partout et je regarde l'Atsem en lui disant "j'ai frrrrrrroid". Mmmmh you know what I mean ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé hé, j'imagine bien la scène et je me marre toute seule !

      Supprimer
  6. t'as vraiment besoin de toutes ces galères pour boire un coup ;-D Non non non Sue Ellen assume, répète comme moi "je bois car j'aime ça" !
    (sinon le gilet Mini Rodini c'est juste pas possible fais péter l'agrafeuse sur le front du collègue !!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'as raison ! Demain, je débarque dans le bureau de M. Patate bourrée comme un coing en hurlant avec mon agrafeuse à la main : si après ça il développe pas une phobie des ciseaux, je veux bien me mettre au tricot... Ah ben non, c'est déjà fait :-)

      Supprimer
  7. M'enfin? Mais quelle galère cette fin juin!!! Heureusement, toi, tu as des ressources parisiennes formidables (malgré Sue). Ici je suis obligée de me contenter de me bidonner en te lisant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne crois pas que je vais te plaindre, alors que je sais parfaitement que tu passes tes week-ends à faire des parties endiablées de "balle revient" !
      Nanmého ^_'

      Supprimer
    2. Oh! Cela n'enivre pas de la même manière... Et cette année mamie Simone ne nous avait pas concocté de repas vietnamien... Nanmého!

      Supprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  9. Chérie Darling, quoi qu'en dise ton cher et tendre, sache que tu es bien mieux coiffée que Sue Ellen..

    http://www.youtube.com/watch?v=JG7CzNEkAvg&feature=related

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah ah, c'est vrai qu'y a du laisser-aller au niveau du bruching, là...

      (mon dieu, tu ne crois quand même pas que le Brun a l'intention de me faire interner ?)

      Supprimer
  10. J'adhère à la maxime!
    Mais dis, tu lui a pété son dentier au vieux, hein dis?!

    RépondreSupprimer
  11. Ben j'espère que ton dicton fonctionne quand on bosse le week-end pour les grandes enseignes qui te volent ton âme, mais qui te laissent trois jours de "week-end" en pleine semaine (mid-end?) quand tout le monde bosse et qu'il fait trop froid pour boire des mojitos, même faits maison.

    Fin de mois, tu sais, quand t'as plus de sous.

    Mais que c'est les soldes (tu le sais, tu les préparées tout le week-end, MÊME DIMANCHE)

    Monde.de.merde.

    (je vais picoler toute seule, m'en fous)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Saloperies de grandes enseignes ! Dis-moi laquelle c'est, que je la boycotte par solidarité !

      Supprimer