"C’est pas parce qu’on n’a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule."


18.8.11

Un cri dans la nuit ou le récit du panier garni


Des cris suraigus percent le silence paisible de cet après-midi* estival... Pas de doute, un porc est en train de se faire égorger quelque part dans l'immeuble. Les voisins se postent prudemment à leur fenêtre pour évaluer la gravité de la situation. La dame du troisième claironne aussitôt son verdict à la cantonade. C'est la traînée du sixième qui s'est fait trucider. Depuis le temps qu'elle ramène des types louches chez elle, fallait s'y attendre ! L'agent immobilier du rez de chaussée penche plutôt pour une sieste crapuleuse chez le jeune couple du premier, mais il se garde bien de donner son avis. Il regagne ses pénates en soupirant d'un air rêveur. Au milieu de la cour, le concierge fait des moulinets dans le vide pour paraître plus imposant. Dressé sur ses ergots, il s'efforce de gagner quelques centimètres pour faire oublier son mètre soixante. S'il choppe le petit plaisantin qui brave son autorité, il va lui causer du pays ! Sûrement le propriétaire du kébab, déjà qu'il laisse ses clients téléphoner dans la cour. A force, on se croirait au souk, vous comprenez ? 
Tout à coup, un nouveau hurlement les fait sursauter tous en cœur.  
Ouéééé, j'ai gagnééééééééééééé ! 
Par la fenêtre ouverte du deuxième étage, tout le monde me regarde avec ahurissement faire la danse de St Guy dans un bureau vide. Et oui, les gens... J'ai gagné le concours de la soupe de l'espace et c'est kiki, le petit veinard qui va faire son persil avec une serviette à l'effigie de Simon, le lapin caca boudin ? C'est mon Pois chiche joli, pardi !

Merci la soupe de l'espace !

(Cherche pas, la photo n'a absolument rien à voir avec la choucroute - ou plutôt avec le panier garni.)
* NDLR : oui, en fait c'était l'après midi, mais "un cri dans l'après-midi", tu reconnaîtras que c'est tout de suite moins vendeur et donc, tu excuseras cette légère licence narrative.

5 commentaires:

  1. mais ouiiiiiii j ai vu ca ches les soupiers! suis ravie pour toi (comme je n ai pas participé, je ne peux pas devenir verte d envie, ouf). C est bon, l ivresse de la gagne.

    RépondreSupprimer
  2. rohalalalala t'as toujours un de ces bol toi...

    RépondreSupprimer
  3. Rahhh! Ne pas pouvoir te lire m'a manqué...

    RépondreSupprimer
  4. @ Agnès : C'est clair, ça renforce mon impression d'être dans une bulle quand je blogue. Parce que dans la vraie vie, j'ai beaucoup moins de chance (au jeu, hein) :-)
    @ Mam'zelle O. : Nan, faut pas croire. Je couche.
    @ Anne : Merci, tu me fais rougir ! Je vais aller regarder un peu si tu as mis des photos de tes vacances, tiens !

    RépondreSupprimer
  5. Je partage ta joie extatique, à défaut d'avoir ta chance !
    :o)

    RépondreSupprimer